Eclairage : et si on optait pour autre chose qu'un interrupteur va-et-vient ?

Publié le par Sigma_me

Quand on fait des travaux de rénovation ou même de construction et que l’on touche à la partie électrique, il y a un nombre important de paramètres à prendre en compte avant de se lancer. De base nos habitations sont généralement équipées d’interrupteurs va-et-vient ou poussoir, et de nombreuses personnes vont s’en contenter, mais pourquoi ne pas changer ?

Ma maison n’est pas domotisée mais ça ne m’empêche pas d’installer des variateurs, des détecteurs automatiques, des va-et-vient équipés de leds pour gérer l’éclairage... Le choix est vaste pour ne pas se limiter à des boutons classiques. Une idée reçue est que l’on considère qu’une fois les interrupteurs installés dans le mur, ils ne pourront plus jamais changer de place ou évoluer, non sans d’importants travaux, figurez-vous que ce n’est plus vrai ! Il existe par exemple un système d’interrupteur sans fil qui permet de gérer l’éclairage même posé sur votre table de nuit ou dans votre main. Et si on réfléchissait un peu à ces solutions d’interrupteurs avant de foncer tête baissée sur ce qu’il y a de plus basique ?

Si je vous dis qu’il existe des interrupteurs qui permettent d’allumer la lumière (ou de commander la fermeture d’un volet) qui n’ont ni fil, ni pile et peuvent être déplacés à volonté, cela vous intrigue peut-être ? La clé de ces interrupteurs sans fil c’est la radio fréquence et un générateur Piézo (ou Piézoélectricité). Pour simplifier l’aspect technique, la force exercée sur le bouton va envoyer l’impulsion électrique nécessaire pour communiquer avec le récepteur RF placé sur la lampe. Cela reste des produits encore peu connus mais très utiles (surtout si un jour vous habitez dans un bâtiment historique classé). Par contre de plus en plus d’interrupteurs sont vendus avec un système de radio fréquence et une pile dans l’interrupteur, pour faciliter l’installation de système va-et-vient à double commande dans une chambre par exemple. Le principe est de conserver l’ancien bouton connecté au schéma électrique traditionnel et d’ajouter ce bouton supplémentaire à côté du lit (ou peu importe le lieu puisqu’il est mobile).

Pour revenir à des équipements plus classiques et plus régulièrement utilisés, on peut équiper son logement de variateurs de lumière. Ces interrupteurs permettent de faire varier l’intensité d’une lampe et donc d’offrir des ambiances tamisées aussi bien que claires en fonction des situations. Ils prennent plusieurs formes : bouton rotatif, interrupteur classique à maintenir pour faire varier l’intensité ou un bouton spécifique. Attention cependant tous les éclairages ne peuvent pas varier avec  le même type d’interrupteurs, renseignez-vous avant d’acheter le premier bouton venu.  

Concernant les détecteurs automatiques j’en avais déjà parlé sur cet article « des interrupteurs automatiques pour ne pas se fatiguer », je ne vais pas forcément revenir en détail dessus mais ils sont de plus en plus utilisés pour les éclairages extérieurs mais ils ont aussi leur place à l’intérieur. On les installera notamment dans les couloirs (on évitera les escaliers par contre, un peu risqué). Plus sympa qu’un interrupteur à minuterie, cet éclairage se déclenchera uniquement s’il détecte une présence dans le champ d’action programmé.  

Il reste encore de nombreuses solutions d’interrupteurs fonctionnant sur un modèle plus simple : les interrupteurs tactiles, les interrupteurs intégrant des leds, les interrupteurs silencieux, … La liste est longue et les constructeurs ont une imagination débordante pour créer de nouvelles solutions pour gérer votre éclairage domestique

interrupteur.jpg

Photo : Leotard

Publié dans Vie de Geek

Commenter cet article

Electricien Wavre 24/11/2013 22:13

Merci pour cet article!
Je trouve que es interrupteurs tactiles, les interrupteurs intégrant des leds et les interrupteurs silencieux sont très performants et faciles à utiliser mais nécessitent un entretien particulier.